lundi 6 décembre 2010

QUAND L'ORIENT RENCONTRE L'OCCIDENT

Quiconque voulut atterrir sur une des îles du Japon sans autorisation expresse fut jusqu'au 19e siècle immédiatement condamné à mort et exécuté. Le réel pouvoir nippon se trouvait alors entre les mains des shogun tandis que l'empereur n'avait qu'un rôle symbolique. Quand en 1867 le shogun régnant abdiqua sans nommer un successeur et l'empereur mourra la même année, laissant le trône au jeune prince Mutsuhito, que le pays s'ouvrira vers l'extérieur et notamment l'Occident. Pour marquer cette nouvelle ère la capitale Heian-kyo, c'est à dire Kyoto, fut abandonné en faveur d'Edo, ville rebaptisée Tokyo, c'est à dire "capitale de l'est". En octobre 1868, et plus précisément le 23 octobre, commença alors l'ère Meiji. Les reformes allaient bon train et, par exemple, en moins de trente ans plus de 3.ooo km de voies de chemin de fer furent construites avec l'aide d'ingénieurs britanniques. Les reformes visaient le système féodal tout aussi comme la monnaie avec un système de taxes, l'éducation, l'adoption du système métrique, l'industrialisation, l'armée et j'en passe.

Les arts ne sont pas restés à l'écart des changements en train de se produire. L'estampe évolue et s'occidentalise également. Un des artistes les plus connus de cette époque, Kiyochika Kobayashi, a étudié peinture et photographie se qui donne une force nouvelle à ses estampes.

En général on peut dire que l'estampe japonaise nécessite des talents multiples: il faut un bon dessinateur, un bon graveur qui sculptera les blocs de bois, un par couleur, un bon imprimeur car c'est lui qui va réaliser les dégradés et enfin un éditeur qui a le talent de découvrir les artistes et artisans pour les faire travailler ensemble.

Si l'art de l'estampe japonaise de l'ère de Meiji vous intéresse, une visite au Greffier de Saint Yves s'impose. Cette librairie spécialisée dans la littérature juridique est aussi une fenêtre vers l'extrême Orient. On y trouve littérature, livres de cuisine, de photos ou de calligraphie ainsi que des expositions ou des ateliers dédiés à l'artisanat asiatique.

Hormis l'exposition "L'artisanat dans le Japon de l'ère Meiji", vous pouvez donc apprendre avec Reiko Fukui (Massilia Bleue) comment fabriquer des protège-livres, car au Japon la tradition veut que la présentation des cadeaux compte autant que le présent lui-même.

Alors pour Noël, achetez un livre chez le Greffier et emballez le avec Reiko!

: 10 rue Venture, 13001
quand: du lundi au samedi de 10h à 19h
Exposition jusqu'au 18 décembre
Atelier Protège-livre le 15 et le 22 décembre entre 14h et 19h

Kiyochika Kobayashi (1847-1915), La maison près du lac

2 commentaires:

Le Greffier de Saint Yves a dit…

Merci pour ce superbe article qu'une amie m'a envoyé en lien aujourd'hui !!
N'hésitez pas à vous faire connaître
Cordialement
Le Greffier, au Chat ;0)

Eva C.-K. a dit…

je reviendrai avec plaisir chez le greffier!

compteur pour blog
 
Blog googlea42e27adbfa73eb9.html