jeudi 23 décembre 2010

AU DIABLE LA GOURMANDISE

Avec l'avarice voilà un autre vice jeté aux orties! Mais comment peut-on résister aux chocolats de Joël Durand??


En invitant des amis à dîner je crains toujours le magnifique bouquet de fleurs car petit a) je suis très pauvre en vases et petit b) le petit monsieur - Roudoudou pour les intimes - adore boire dans un vase, et n'hésite pas à faire tomber vase et bouquet dans ses tentatives d'enfouir son adorable museau dans le récipient. Conclusion les somptueux bouquets se trouvent relégués sur le haut d'une armoire ou une étagère au dessus de l'atteinte dans la bibliothèque - et franchement un bouquet vu d'en bas perd un peu de son attrait.

Heureuse donc les circonstances qui ont amené récemment des amis pour opter pour une boîte de chocolats - cadeau qui laisse les petits poilus assez indifférent hormis peut-être le papier d'emballage ou un ruban... Nous n'avons pas tout de suite ouvert la boîte et j'avais l'intention de l'amener pour Noël à la campagne pour la partager en famille. Mon pauvre mari s'est donc fait grondé quand je l'ai découvert confortablement installé devant la télé ladite boîte - ouverte - à ses côtés! Bon, une fois ouverte j'ai donc pioché dedans et depuis je ne compte plus calories ou kilos qui vont se poser tranquillement autour de mes hanches parce que comment résister aux petits carrés "Praliné aux amendes de Provence et olives noires de la Vallée des Baux" (P) ou "Chocolat noir, clous de girofle et zeste de citron frais" (H) voire "Chocolat au lait 40%, très grand cru de thé au jasmin" (J) ...??? 32 parfums différentes qui changent selon la saison composent son "alphabet de saveurs".

Joël Durand, chocolatier d'exception a concocté ces petites merveilles qu'il conseille de ne pas conserver plus de trois semaines pour pleinement jouir de leur goût - optimiste ce garçon s'il croit que ses chocolats peuvent rester trois semaines une fois la boîte ouverte....

Originaire de Saint-Rémy-de-Provence le chocolatier se trouve depuis peu aussi à Marseille!

: 36 Grande Rue, 13002
quand: du mardi au samedi de 10h à 19h

Et avec cela Le Chat vous souhaite JOYEUX NOËL, BONNES FÊTES et BON BOUT D'AN

mercredi 22 décembre 2010

ENTRE NOUNOURS

Voilà une exposition à visiter avec les enfants, petits et grands , en attendant la venue du Père Noël.

La Maison de l'Artisanat propose en collaboration avec le Musée des Ours et Poupées de Lens-Lestang "Un ours à Noël" qui retrace l'histoire de cet animal plutôt sauvage qui s'est transformé au fil des années en "le" peluche par excellence. Qui parmi nous n'a pas eu un nounours, tendrement aimé?


400 de ces adorables créatures retracent son histoire qui commence en Allemagne quand Margarete Steiff crée dès 1880 des animaux en peluche avec les restes de tissus de l'usine de son oncle. Mais il faudra attendre 1902 que son neveu lui suggère de fabriquer un ours s'appuyant sur des croquis qu'il avait fait au zoo de Stuttgart. Selon ce neveu un ours aurait l'avantage de plaire autant aux garçons qu'aux petites filles. Un prototype exposé à la Foire de Leipzig l'année suivante connaitra un succès énorme et les commandes affluent notamment des Etats Unis où un Monsieur nommé Hermann Berg acheta 3000 exemplaires. Son ours fétiche fut nommé "Friend Petzi" (ami Petzi) et "Petzi-Bär" est toujours un nom que l'on donne dans les pays germanophones à ces peluches, devancé aujourd'hui par Teddybär.

En France l'histoire de l'ours commence plutôt en 1921 quand Mr Pintel, fabricant de jouets, met un ours dans sa collection et se fait vite imiter par un concurrent, l'entreprise FADAP... Et en France il s'appelle - selon Wikipedia - généralement Martin!

: Maison de l'Artisanat, 21 cours Estienne d'Orves, 13001
quand: du mardi au vendredi de 10h à 12h et de 13h à 18h, samedi de 13h à 18h
exposition jusqu'au 26 janvier
Entrée gratuite

A signaler le livre "L'Ours: Histoire d'un roi déchu" de Michel Pastoureau (le Seuil 2007)

mardi 21 décembre 2010

THE KANSAS CONNECTION

Il s'appelle Paul Iserman Elwood et est né dans le Kansas, dans le mid-ouest des Etats-Unis, l'état du tournesol, du blé et des "Jayhawkes". Il a été intégré dans les Etats Unis en 1803 quand la France a vendu la Louisiane aux Américains.... Donc, on peut considérer que Paul est bien quelqu'un de (presque) chez nous!

Musicien, compositeur, professeur d'université et joueur de banjo il connait et aime Marseille (malgré tout ce que j'en ai dit hier...) et revient régulièrement parmi les Phocéens. Parmi Jazzmen le contact se fait et le voilà en concert avec Alert O Jazz. cette formation est à la base un trio (violon, guitare, basse acoustique) qui s'élargit selon ses besoins et les occasions. Au violon, c'est Stéphane, profondément influencé par le manouche et l'improvisation, à la guitare s'est Axel qui se revendique autant de Beethoven que de Towner ou Baden Powell et à la guitare et/ou à la basse on entend Raymond, lui aussi venu du classique avant d'adopter le manouche 'alerto-jazzien". A ces trois compères se joint Marc pour ajouter sa contrebasse et/ou son saxo.

Ensemble avec Paul au banjo ils proposent un concert en promettant "une chaude soirée de rencontre musicale entre styles divers et variés" avec des surprises en perspective!


: Afternoon, galerie-comptoir, 17 rue Ferrari, 13005, 04.91.81.72.93
quand: mercredi 22 décembre, en soirée (si j'ai plus de précisions je les mettrai en commentaire!)

lundi 20 décembre 2010

ENGUIRLANDER

Merci à la Mairie (la "grande" et celles des secteurs) de décorer rues et placettes de loupiotes multicolores, de nous souhaiter "Bonnes Fêtes" encore et encore, de nous inonder, grâce à des hauts parleurs crachotants, de radio NRJ ou Nostalgie avec toutes les pubs et jingles débilitants : malgré tous ces efforts Le Chat décerne à Marseille le label "Cradopole 2010"! Et elle a à craindre dégun pour lui disputer ce triste palmarès - même à Naples il y a moins de chiens....

Car lumières clignotantes et sapins couverts de fausse neige, banderoles et illuminations ne peuvent pas cacher l'incroyable insalubrité de ette ville - que j'aime pourtant...

On ne peut pas admirer les vitrines décorées avec plus ou moins de goût car à chaque pas il faut faire attention de ne pas glisser sur une des innombrables crottes qui transforment chaque trottoir en crottoir. A cela s'ajoutent les tas d'ordures autour des poubelles, dans les caniveaux ou dans les bacs à fleurs et les voitures garées par des types qui sont soit débiles car ils n'arrivent pas à distinguer un trottoir de la chaussée soit aveugle soit d'un incivisme criant et donc dans les trois cas plutôt inadaptés à piloter le moindre engin à moteur et à vivre dans une ville.


Et qu'est-ce que fait la police de propreté louée par les politiciens comme l'arme fatale à la saleté?? On les voit de temps à temps déambuler en petit groupe ou en train de expliquer gentiment aux commerçants des rues Paradis et St.Fé de plier leurs cartons. Que l'on arrête enfin avec cette farce! Un avertissement la première fois, suivi pour une deuxième infraction d'une amende substantielle réglera assez vite ce problème ci. Comment arrive-t-on dans d'autres villes?? Et que l'on ne me vient pas avec ces phrases à la noix "c'est latin", "c'est méridionale" et j'en passe. C'est tout simplement une gestion lamentable de l'espace public.

Et si à partir de 2011 on forcerait ces chers élu(e)s de parcourir la ville à pied ou de prendre les transports en commun au lieu de se faire transporter par chauffeur dans leurs petites bulles climatisées? Cela ferait des économies, ce serait bon pour l'environnement et donnerait l'exemple et ils se rendraient compte dans quelle porcherie leurs administrés sont obligés d'évoluer...

dimanche 19 décembre 2010

FRANZ

Pour commencer cette semaine, dernière ligne droite avant les Fêtes, en beauté rien de mieux qu'un concert.

André Sakellardies ouvre une fois de plus son auditorium à des mais musiciens, en l'occurrence le quatuor Syrah. Louis Alexandre Nicolini et Marie Hafiz (violon), Benjamin Clasen (alto) et François Torresani (violoncelle) joueront le quatuor à cordes en ré mineur D.810 de Franz Schubert, "La jeune fille et la mort".

D'abord composé en 1817 en tant que "Lied" sur le texte d'un poème de Matthias Claudius, Schubert a repris le motif comme thème dans le second mouvement du quatuor écrit pendant l'hiver 1825/26 qui en a aussi repris le nom. Joué pour la première fois en 1826 dans une soirée privée, le quatuor n'a été publié que trois ans après le décès du compositeur.


Si le poème de Claudius s'est inspiré d'un motif pictural qui a ses origines à la Renaissance, la musique de Schubert, douce et désespérée a, à son tour, marqué bon nombre d'autres artistes comme l'écrivain Martin Walser pour qui "Der Tod und das Mädchen" devient une sorte de leitmotiv dans son roman "Brandung" ou l'auteur Ariel Dorfman dont la pièce de théâtre éponyme a été portée à l'écran par Roman Polanski ("Death and the Maiden", 1994) avec Sigourney Weaver et Ben Kingsley. Michel Tournier est lui aussi l'auteur d'une nouvelle "La jeune fille et la mort" et plus récemment (2007) le groupe autour de la mezzo-soprano Dörthe Flemming, "Bacio di Tosca", s'est emparé de cette musique.

: Auditorium de l'Atelier de Lutherie, 77 rue Sylvabelle, 13006
quand: lundi 20 décembre à 20h30
PAF 10 €

jeudi 16 décembre 2010

LECTURE EN FÊTE

Si vous êtes encore à la recherche de cadeaux, peut-être que cet événement peut vous aider: "Livres stars pour les fêtes" c'est de lectures à plusieurs voix autour de romans qui ont reçus des prix littéraires cette année et des débats autour de ces livres et leurs auteurs.

Animée par l'écrivain, journaliste et éditeur Michel Martin Rolland, la soirée rassemblera les "nomades interdisciplinaires" (selon leur propre description) Bénédicte Sire, comédienne et réalisatrice et Jérôme Rigaut, comédien et collaborateur des Pas Perdus, qui prêteront leur voix aux textes choisis.

: centre d'animation Dugommier, 12 bd. Dugommier, 13001
quand: jeudi 16 décembre de 19h à 21h
Entrée libre

mercredi 15 décembre 2010

QUAND ROBINSON RENCONTRE LE CAPITAINE NEMO

ils vivent ensemble des aventures invraisemblables où il y aura des animaux extraordinaires et un volcan en éruption et plein, plein d'autres choses!

20000_squid_Nautilus_viewbay.jpg

Fotokino et Diucan (Philippe Gelda et Benoît Bonnemaison-Fitte) ont imaginé pour le théâtre Massalia "L'Île fantastique du capitaine Nemo (et autres tribulations)" qui puise son inspiration dans les romans d'aventure de Robert Louis Stevenson à Jules Verne, de Jonathan Swift à Daniel Defoe. Le récit est dessiné en direct et mis en musique sur scène, improvisation et lumières participent à créer une forme que l'on peut comparer à une sorte de "cadavre exquis" musico-pictural...

Echappez vous du stress de ce dernier week-end avant Noël et embarquez vous avec (ou sans) vos enfants pour ce voyage au pays des merveilles!

: Théâtre Massalia, salle de la Seita, Friche de la Belle de Mai, 41 rue Jobin, 13003 (parking gratuit 12 rue François Simon)
quand: vendredi 17 à 19h et samedi 18 décembre à 15h (durée 40 minutes)
Pour enfants à partir de 5 ans


mardi 14 décembre 2010

POUR UN NOËL ECORESPONSABLE

Le Chat se fait ici le porte voix du WWF qui nous incite de réduire l'impact écologique de cette période de fêtes où les poubelles ont tendance de déborder encore plus que d'habitude!

Voilà ce que cette association préconise:
- choisir son sapin (naturel) issu d'une plantation agricole en France, en privilégiant les arbres labelisés FSC (forêt exploitée de façon durable)
- recycler (composte) ou replanter l'arbre si possible après les fêtes (à Paris on récupère les sapins pour les broyer et en faire un engrais pour les jardins publics. Et à Marseille???!)
- ne pas acheter des décorations en plastique mais plutôt des ornements faits à partir de matériaux de recyclage ou en bois ou les faire soi même (papier, pâte à modeler, paille...)
- opter pour des cadeaux issus du commerce équitable, des produits locaux et des cadeaux immatériels: places de spectacle, bons pour des soins, cartes de téléchargement, abonnement à une revue (par exemple "La Hulotte"), bons pour un coup de main (baby sitting, aide au déménagement, leçon d'informatique...)
- boycotter les suremballages, fabriquer soi-même ses paquets à partir de papier journal, des feuilles, du papier kraft tamponné (avec une pomme de terre)
- manger du saumon labellisé MSC (Marine Stewardship Council) et des crevettes grises, palourdes, St.Jacques, huîtres et éviter poissons et crustacés menacés (thon rouge, sole, saumon atlantique...)
- préférer viandes et volailles bio, élevés en plein air, label rouge en consommant de toute façon modérément
- respecter les produits locaux et de saison pour les fruits et légumes (kiwi, poires, pommes, châtaignes...)
- réduire de moitié sa consommation de sucre (l'exploitation intensive de la canne à sucre est très consommatrice en eau et mène à la destruction des zones humides!)
- boire du vin bio et des jus pressés

En respectant tout cela vous aurez bonne conscience et pouvez pleinement être contents de vos fêtes!

lundi 13 décembre 2010

EUROPE

Les parents de Kalypso Nicolaïdis auraient bien fait d'appeler leur fille Europe!

Déjà sa propre biographie est un condensé de cet espace géographique et politique: de nationalité française et grecque elle a des ancêtres allemands et espagnols, est mariée à un Anglais, elle est professeur de relations internationales et directeur du centre d'études européennes à l'université d'Oxford, elle a conseillé le gouvernement grecque sur des question européennes et le gouvernement hollandais sur un projet appelé "Europe: a Beautiful Idea", elle a travaillé avec un groupe présidé par l'Espagnol Felipe Gonzalez sur l'avenir de l'Europe à l'horizon de 2030, elle collabore régulièrement avec le parlement européen et publie sur des sujets allant de l'identité à la justice, de la coopération au commerce ou de la diplomatie préventive à la résolution de conflits.

Cette femme pétillante et prolifique sera l'invitée des mardis du MuCEM pour y parler de l'avenir de l'espace Euro-Méditerranéen dans les vingt prochaines années, de la mémoire, des conflits et des possibilités à trouver des modes de coopération durable entre les deux rives.

: Bibliothèque de l'Alcazar, 58 cours Belsunce
quand: mardi 14 décembre à 18h30
Entré libre et gratuit

dimanche 12 décembre 2010

VACHE

Tandis que des copines au coeur généreux adoptent des orang-outan et des chiens menacés de finir leur vie dans une fourrière, j'ai ajouté à mon cheptel consistant de plusieurs chats, des chiens en détresse et d'un rat renifleur de mines antipersonnelles une vache. Elle est joliment tachetée, porte le numéro 942 sur sa boucle d'oreille et s'appelle Milka...

Nous avons trouvé cette paisible ruminante à deux pas du Vieux Port lors d'une visite dans l'Arsenal d'Alfons Alt. Cet artiste d'origine allemande mais installé depuis longtemps à Marseille vient d'ouvrir une galerie dans les anciens bureaux de la Provence à deux pas de la rue Breteuil et de la Place Estienne d'Orves, un grand espace largement ouvert vers l'extérieur.

Le Chat vous a déjà parlé du travail d'Alfons Alt qui se considère comme un "graveur d'images". Dans son atelier à la Friche de la Belle de Mai il pigmente à l'aide d'un pinceau partant d'une matrice constituée le plus souvent d'une photographie prise par lui-même à la chambre. Ses oeuvres unissent d'une manière très personnelle gravure, photographie et peinture.

Architectures urbaines, plantes, portraits et surtout animaux sont représentés dans des halos de couleurs qui semblent presque fluo grâce aux pigmentes naturelles utilisées, pour s'estomper à d'autres endroits et changer selon l'angle de vue et de la lumière créant ainsi un mouvement qui semble animer les tableaux.

Une occasion pour voir les dernières œuvres et découvrir la galerie se présente ce lundi quand Alfons Alt accrochera son "nouvel arrivage".


: L'Arsenal Alfons Alt, 7 rue Pytheas, 13002
quand: lundi 13 décembre à partir de 18h30, la galerie est ouverte de lundi à samedi de 16h à 19h

vendredi 10 décembre 2010

NO CAGOLE

Les Filles de Marseille ne sont pas des cagoles mais des artistes et créatrices qui se sont réunis pour promouvoir leur travail par un blog et par des manifestations en commun.

La prochaine expo a lieu ce week-end à la Bo(a)te, lieu trendy au Centre Ville. Il y aura peintures, bijoux, céramiques, objets de déco, accessoires... à volonté, pour tous les goûts et toutes les bourses.

C'est l'occasion - si vous ne connaissez pas le lieu - de découvrir cet espace chaleureux de 200m2, mi loft, mi club à l'anglaise que l'on peut louer pour toutes sortes d'événements de la réunion de travail, au concert entre copains, de rencontres professionnels au défilé de mode ou la projection d'un film.

Et c'est aussi l'occasion d'avancer avec vos cadeaux de Noël où - pourquoi pas?? - vous faire plaisir en choisissant un objet coup de coeur pour vous même! Les filles ont en plus eu la bonne idée de mettre certaines choses en vente dont les recettes seront versées à une association caritative. Et pour les gourmandes, ou pour faire patienter votre compagnon pendant que vous succombez à la fièvre acheteuse, il y a même un goûter le dimanche!

: La Bo(a)te, 35 rue de la Paix, 13001 (en haut de l'escalier entre la place Estienne d'Orves et la rue Sainte)
quand: samedi de 12h à 22h, vernissage à partir de 19h et dimanche de 10h à 18h, goûter à 16h30

FLYERfdmBR-1.jpg FLYERfdmBR-2.jpg

jeudi 9 décembre 2010

J'AVANCE / COMME UN SOLEIL / NOIR

Ceci est un extrait d'un poème de Siham Bouhlal qui, avec Vénus Khoury-Ghata et Tahar Bekri, lira ses poèmes à l'occasion de la présentation des éditions Al Manar et d'une exposition d'artistes qui ont illustré des oeuvres parues dans cette maison.

Dessin de Rachid Koraïchi pour "Le rêve de la huppe" d'Anne Rothschild

Les éditions Al Manar sont issues de la galerie éponyme à Casablanca, dirigées jusqu'en 2003 par Alain et Christine Gorius. La première parution est un livre d'Alain Gorius, Stellaires dans la nuit, accompagnée d'une gravure de Yamou. L'objectif est désormais de faire collaborer auteurs et plasticiens des deux rives de la Méditerranée. S'en suit une série de livres et d'expositions comme par exemple en 2001 "Maroc contemporain: peinture et livres d'artistes" à Bruxelles, reprise en 2003 à Tanger et à Essaouira ou en 2006 "L'art et le livre" présentée à Tanger avec entre autres vingt-trois livres d'artistes des éditions Al Manar.

: Centre international de la poésie Marseille (cipM), Vieille Charité
quand: vendredi 10 décembre à 18h30 (exposition jusqu'au 22 janvier)

mercredi 8 décembre 2010

PAROLE DE SULTAN

Savez vous comment les habitants des Comores ont jadis choisi leur chef ? Ce n'était pas l'homme le plus fort ou le plus musclé, ni celui qui était rompu à toutes les techniques de combat ou qui maniait les armes avec dextérité. Non, élu fut celui qui maniait brillamment l'art de la parole!

Nyandu, s'appelle ce chant exaltant les exploits et la témérité du futur chef lors de la cérémonie de passation de pouvoirs et il est connu depuis le 15e siècle. Le nyandu est un chant déclamé - qui pourrait faire penser au slam actuel - entrecoupé de choeurs et proféré par un guerrier, qui devait être aussi bûcheron. Son style poétique exprime l'enthousiasme des guerriers et leur acharnement, des exploits légendaires et l'évocation
des ancêtres et se compose d'une succession de dialogues entre le postulant et les autres guerriers mais aussi avec sa mère.

La littérature orale des Comores est riche d'extraordinaires épopées et des textes d'une grande beauté musicale.

Un "duel poétique" entre l'écrivain et conteur Salim Hatubou et l'auteur et compositeur Ahamada Smis se déroulera au Toursky et permettra d'apprendre plus sur les "Mahadisi ya mwando ou Discussions premières - Comores: du nyandou au slam".






: Théâtre Toursky, 16 passage Léo Ferré, 13003
quand: jeudi 9 décembre à 20h
Entrée libre sur réservation (colomberecords@gmail.com / 04.91.76.57.88 ou 06.18.43.37.13)

mardi 7 décembre 2010

DANS LES CAVES

pas de vin, désolée, mais dans les caves oubliées d'un vieux lycée qui a servi autrefois de prison. C'est ici que commence une histoire que raconte l'écrivain Alberto Garcia Raposo dans "El baul de las emociones".

Yiğit Bener & Murat Uyurkulak

Dans la librairie internationale Books & Co à Aix, un groupe d'afficionados de la lecture hispanophone se réunira pour converser autour de ce roman. Ce sympathique lieu qui est également un café se veut lieu d'échanges et de rencontres entre les cultures. Il propose donc, entre autres, des clubs de lecture en plusieurs langues qui permettent de découvrir des littératures, de se retrouver entre compatriotes et d'élargir ou de peaufiner ses connaissances linguistiques. Il y a un club de lecture italien, suédois, anglais ou encore français pour non francophones ainsi que des échanges de conversation autour d'un café ou d'un verre, mais on peut aussi lire la presse internationale en sirotant un thé ou un latte macchiatto.

: 1 bis, rue Joseph Cabassol, 13100 Aix-en-Provence
quand: du mardi au samedi de 10h à 19h,
Prochain club de lecture espagnol: mardi 7 décembre à 17h30

Echanges de conversation:
Espagnol: tous les mardis à 17h30
Allemand: tous les mercredis à 17h30
Italien: tous les vendredis à 17h30

lundi 6 décembre 2010

QUAND L'ORIENT RENCONTRE L'OCCIDENT

Quiconque voulut atterrir sur une des îles du Japon sans autorisation expresse fut jusqu'au 19e siècle immédiatement condamné à mort et exécuté. Le réel pouvoir nippon se trouvait alors entre les mains des shogun tandis que l'empereur n'avait qu'un rôle symbolique. Quand en 1867 le shogun régnant abdiqua sans nommer un successeur et l'empereur mourra la même année, laissant le trône au jeune prince Mutsuhito, que le pays s'ouvrira vers l'extérieur et notamment l'Occident. Pour marquer cette nouvelle ère la capitale Heian-kyo, c'est à dire Kyoto, fut abandonné en faveur d'Edo, ville rebaptisée Tokyo, c'est à dire "capitale de l'est". En octobre 1868, et plus précisément le 23 octobre, commença alors l'ère Meiji. Les reformes allaient bon train et, par exemple, en moins de trente ans plus de 3.ooo km de voies de chemin de fer furent construites avec l'aide d'ingénieurs britanniques. Les reformes visaient le système féodal tout aussi comme la monnaie avec un système de taxes, l'éducation, l'adoption du système métrique, l'industrialisation, l'armée et j'en passe.

Les arts ne sont pas restés à l'écart des changements en train de se produire. L'estampe évolue et s'occidentalise également. Un des artistes les plus connus de cette époque, Kiyochika Kobayashi, a étudié peinture et photographie se qui donne une force nouvelle à ses estampes.

En général on peut dire que l'estampe japonaise nécessite des talents multiples: il faut un bon dessinateur, un bon graveur qui sculptera les blocs de bois, un par couleur, un bon imprimeur car c'est lui qui va réaliser les dégradés et enfin un éditeur qui a le talent de découvrir les artistes et artisans pour les faire travailler ensemble.

Si l'art de l'estampe japonaise de l'ère de Meiji vous intéresse, une visite au Greffier de Saint Yves s'impose. Cette librairie spécialisée dans la littérature juridique est aussi une fenêtre vers l'extrême Orient. On y trouve littérature, livres de cuisine, de photos ou de calligraphie ainsi que des expositions ou des ateliers dédiés à l'artisanat asiatique.

Hormis l'exposition "L'artisanat dans le Japon de l'ère Meiji", vous pouvez donc apprendre avec Reiko Fukui (Massilia Bleue) comment fabriquer des protège-livres, car au Japon la tradition veut que la présentation des cadeaux compte autant que le présent lui-même.

Alors pour Noël, achetez un livre chez le Greffier et emballez le avec Reiko!

: 10 rue Venture, 13001
quand: du lundi au samedi de 10h à 19h
Exposition jusqu'au 18 décembre
Atelier Protège-livre le 15 et le 22 décembre entre 14h et 19h

Kiyochika Kobayashi (1847-1915), La maison près du lac

samedi 4 décembre 2010

POUR LES RECALCITRANTS

A la question "Etes-vous certain de vouloir faire les grands magasins pour Noël?" une seule réponse me semble possible: Nooooon, certainement pas!!!

Alors pour ceux et celles qui souhaitent donc éviter la cohue des grandes enseignes, nombre de petites expositions ventes, braderies, marchés de Noël s'offrent où l'on peut trouver des créateurs et des pièces originales.

Si vous avec temps et envie d'affronter le températures glaciales, rendez-vous donc dimanche au "Super Atelier Spécial Noël Ici". Une dizaine d'artistes vous attendent dont Aggie Baggie qui propose des accessoires pour vélo, Caro qui présente ses bestioles en papier ou encore la reine du tricot, Lugdivine Dupré. C'est elle qui est l'animatrice les célèbrissimes goûter-tricot dont Le Chat vous a déjà parlé! Et elle vous invite ce dimanche justement à venir avec vos pelotes et vos aiguilles (mais l y aura aussi sur place) et à tricoter et goûter en bonne compagnie tout en faisant vos emplettes pour Noël. C'est quand même plus sympa que les Galeries Farfouille, n'est-ce pas??


: Atelier ici, 78 rue Jean de Bernardy, 13001
quand: dimanche 5 décembre de 11h à 19h, goûter tricot de 14h à 19h

vendredi 3 décembre 2010

CASQUE, MON AMOUR

Marre de ressembler à Dark Vador quand vous enfourchez votre moto/scooter? Réjouissez vous, la solution est là et en plus trouvée par une jeune entreprise marseillaise! Que veut on de plus?

"Love Helmets" s'appelle leur marque qui a développé un concept original. Il s'agit d'un casque composé d'une coque unie le plus classique et à la quelle on ajoute selon ses envies une enveloppe en deux parties et si l'on veut une nuque assortie. Suite à cela on peut changer rapidement couleur et motif de ce couvre chef. Il va de soi que des tests ont été soigneusement mis en place pour obtenir un casque correspondant à toutes les normes de sécurité en vigueur.

Même l'intérieur du casque est pensé: une mousse qui garde en mémoire la forme de notre cher crâne offre confort et sécurité et l'on peut même la nettoyer si l'on a le cheveux gras... Mais l'échangisme s'applique aussi ici car denim ou cuirs de couleur apporteront une touche personnelle à cette partie intime de votre casque.

Le casque devient ainsi un accessoire de mode à côté de sa fonction de préserver toute cette matière grise qui nous est si chère.

Tout cela se trouve expliqué sur le site de la marque qui offre une boutique online si vous ne voulez pas vous déplacer dans quelques boutiques triées sur le volet comme Oogie, La Bergerie ou l'Ornythorinque.

J'attends la prochaine étape: casque avec mise en pli car nous les femmes connaissent toujours ce moment terrifiant quand nous enlevons le casque (stylé ou non) et nos cheveux se trouvent complètement aplatis hormis quelques épis rebelles...


jeudi 2 décembre 2010

ELOGE DE L'ORIGAN

Depuis la semaine dernière je me débats contre une grippe qui malgré mes efforts multiples se plaît trop chez moi pour me laisser.

Ceux et celles qui me connaissent, savent que je ne fais appel aux médecins qu'en cas d'urgence extrême en préférant les méthodes de médecine douce. Un de mes livres de chevet est donc "Mes 15 huiles essentielles" de Danièle Festy. Grâce à ce bouquin je dispose de toute une batterie de petits flacons contre les maux les plus divers - fait qui a d'ailleurs intrigué plus d'un préposé à la sécurité dans les aéroports internationaux...

Je me suis donc tourné vers ce livre pour combattre toux, nez qui coule, frissons et fatigue. La lavande calme bien les quintes de toux, ravintsara permet de respirer à peu près convenablement, la menthe poivrée combat la fatigue mais tout cela a permis de réduire les symptômes mais pas de s'en défaire une fois pour tout. Les copines (un merci tout spécial à Isa!) ont donné des conseils et j'ai surtout bravement avalé grogs chauds jusqu'à frôler la cirrhose de foie, mais toujours pas de guérison miracle...

Je me suis donc traîné chez le Père Blaize, institution marseillaise par excellence, pour le trouver- comme d'ailleurs trop souvent - fermé... Heures d'ouverture 9.30 à 12.30 et 14.30 à 18.30, fermé dimanche et lundi. Imaginez un peu mon découragement. Reniflant, l'oeil larmoyant, la jambe flageolant j'ai rebroussé chemin. Et voilà que je passe devant la Pharmacie du Vieux Port, que je connais bien y achetant les fabuleux produits de Dr.Hauschka. Herboristerie, elle aussi, je m'arrête pour acheter une tisane qui soulagera mon foie (merci, Carine!) et mon regard tombe sur les flacons d'huiles essentielles. Voilà l'occasion d'acheter l'huile de bergamote dont j'ai besoin pour essayer une recette de So Food - So Good. Il n'y en a pas de prête par contre je déniche un flacon d'origan compact et me rappelle qu'il est mentionné dans ma "Bible des huiles essentielles".

 Origanum vulgare

Arrivée chez moi je consulte le bouquin et voilà ce qu'il dit au sujet de l'origan compact: "100% efficace contre infections bactériennes, virales, parasitaires (...) voies respiratoires (...) immunité faible". Un encadré met en garde contre la violence de cette huile à utiliser avec parcimonie. A une cuillère de miel j'ajoute donc 2 (deux et pas une de plus!!) gouttes du remède miracle. Le moment quand ce mélange arrive dans la bouche on a la nette impression de se retrouver prochainement sans bouche, avec un trou béant à sa place, siroter de l'eau de javel ou un acide pour déboucher le lavabo doit être comparable (non, surtout n'essayez pas!!)

Mais, oh miracle, dès qu'origan et miel ont franchi la gorge on sent littéralement tous ces affreux bactéries, virus et parasites (si présents) pousser des hurlements et mourir dans d'atroces souffrances. L'amélioration de l'état de santé du propriétaire de la bouche (toujours là) est nette. Une deuxième prise 12 heures plus tard et on se sent presque complètement rétabli!!

: Pharmacie du Vieux Port, 4 quai du Port, 13002 Marseille, 04.91.90.00.57
quand: ouvert tous les jours (!!) de 9h à 20h

Pour la recette avec l'huile essentielle de bergamote, voir ici

lundi 29 novembre 2010

IL FAUT ÊTRE ÉMU...

"Je n'aime pas les choses très éclatantes mais plutôt la sobriété... Il ne s'agit pas d'aimer bien mais il faut être ému..." ce sont les mots de Sabine Weiss, photographe d'origine suisse exposée actuellement à Marseille.

Née en 1924 sur les rives du lac Léman, elle a acheté son premier appareil photo à 12 ans en cassant sa tirelire. Soutenue par sa famille elle a pu suivre une formation à Genève avant d'ouvrir son propre atelier à Paris où elle s'installe définitivement à partir de 1946. Elle y travaille avec Willy Maywald, photographe allemand et amoureux fou de Paris (malgré un internement au camp de Montargis pendant la guerre) avec qui elle a "compris l'importance de la lumière naturelle (...) comme source d'émotion". En passionnée de musique, Sabine Weiss pointe son objectif sur Igor Stravinskij, Benjamin Britten ou encore Pablo Casals et Stan Getz. Mais aussi d'autres artistes trouveront leur place dans sa galerie de portraits: Giacometti, Rauschenberg, Scott Fitzgerald... La jeune femme collabore avec plusieurs revues françaises et internationales très connues - Vogue, Time, Newsweek, Match etc. - et parcourt le monde en tant que photojournaliste. Elle revendique d'ailleurs de ne pas être considérée comme artiste mais comme témoin: "Je témoignais, je pensais qu'une photo forte devait nous raconter une particularité de la condition humaine. J'ai toujours senti le besoin de dénoncer avec mes photos, les injustices que l'on rencontre. (...) Mes photos expriment un certain amour que j'ai pour la vie".

Mariée au peintre américain Hugo Weiss, Sabine est l'amie de bon nombre de personnalités du milieu artistique et son oeuvre se trouve dans des collections prestigieuses du monde entier. Pourtant malgré son statut incontesté parmi collectionneurs et photographes, malgré une bonne quinzaine de publications et de nombreuses expositions, cette femme discrète reste peu connue du grand public. L'exposition marseillaise est donc l'occasion de combler cette lacune et de découvrir l'oeuvre d'une grande photographe de notre temps!

: Galerie Detaille, 5-7 rue Marius Jauffret, 13008
quand: jusqu'au 29 janvier 2011


100 photos de Sabine Weiss

jeudi 25 novembre 2010

J'EN AI PASSÉ DU TEMPS, ICI

Cette courte phrase est extraite de "Ramallah, mon amour", lettre poétique et poignante du jeune (né en 1971) écrivain palestinien Mahmoud Abou Hashhash adressée à une femme, une Française. Comment peut on aimer, comment écrire, comment vivre en 2002 à Ramallah, en plein siège de la ville par l'armée israélienne.

L'écran et noir, on n'entend que des bruits urbains et puis se lève une voix récitant cette lettre. Ainsi commence le "documentaire expérimental" "Ramallah mon amour" de Natacha Musléra. Chanteuse, "décompositeuse", performeuse, vidéaste et réalisatrice, cette Marseillaise d'adoption était invité dans le cadre d'un échange culturel en 2009 au premier festival d'art vidéo en Palestine. Elle y collecte sept heures d'enregistrements sonores et quatre portraits photographiques d'étudiants de l'université Bir Zeit. "Confrontation des voix, du texte chuchoté aux propos échangés entre les habitants rencontrés et les visiteurs de passage".

Comme c'est le dernier jour des "Rencontres de l'Echelle", un concert des "Vraoums" - cabaret-show burlesque-punk-folk-radicalement décalé - est également sur le programme.


: Les Bancs Publics, 10 rue Ricard, 13003, 04.91.64.60.00
quand: samedi 27 novembre à 18h30 et à 21h (durée 39 minutes), concert à 22h30

mercredi 24 novembre 2010

LE CENTENNAIRE

C'est en 1910, donc il y a 100 ans, que fut fondé le Rowing Club de Marseille à l'initiative de rameurs originaires de Lyon, membres du CAL (club d'aviron de Lyon). C'est donc grâce aux Lyonnais (eh oui!) et au Club Nautique de Nice, fournissant matériel et soutien, que les 25 premiers membres donnent leur coup de pelle inaugural au Vieux Port.

Avant de se trouver dans ces locaux actuels, le premier hangar du club était installé au quai du Canal (canal qui n'existe plus, aujourd'hui comblé et remplacé par la place Estienne d'Orves et la place aux Huiles) tandis que les réunions avaient lieu dans une Brasserie voisine.

L'histoire de ce vénérable club est d'ailleurs en train de prendre la forme d'un livre rédigé par l'écrivain, journaliste et essayiste Dominique Pons, membre éminent de ce club.

Pour commencer les festivités à l'occasion du centenaire, le Rowing Club de Marseille invite à une soirée "Rock en Stock". Le groupe Little Rock fera danser et un camion pizza permettra de prendre des forces entre deux rocks endiablés! les bénéfices de cette soirée sont destinés à financer l'édition de l'ouvrage sur l'histoire du club et de faire connaitre cette institution.

: Rowing Club de Marseille, 34 bd. Charles Livon, 13007 (petite route juste avant le Novotel)
quand: vendredi 26 novembre à partir de 20h
PAF: 25 €
Réservations au 04.91.52.27.15 ou rcmarseille.avironfrance@gmail.com


mardi 23 novembre 2010

GLISSADES

"Ice ice baby @ patinoire" invite tous ceux qui n'ont pas froid aux yeux à tracer leurs plus belles figures sur les 1200 m2 de glace de la patinoire du Palais Omnisport.

Les DJs Paul (Virgo Music/Oogie), Phred Candeloro (LDN/NEP) et Relatif Yann (NEP/88,8) officieront d'une scène installée directement sur la glace pour mettre le feu.

D'ailleurs, savez vous que déjà les Carolingiens se sont adonnés au patinage? Des fouilles archéologiques ont mis à jour des patins dont la lame était constituée d'un os de boeuf ou de cheval où était fixée une chaussure en cuire à l'aide de lanières. L'Anglais William Fitz Stephen, proche de l'archevêque assassiné en 1170 relate dans sa "Vie de Saint Thomas Beckett" (rédigée vers 1170/80) comme les enfants jouent en hiver sur la Tamise gelée tandis que "... d'autres, plus doués pour jouer sur la glace, attachent des os d'animaux à leurs pieds comme patins et se propulsent à l'aide de bâtons à bout ferré... aussi rapidement que le vol d'un oiseau ou le javelot d'une catapulte." Le premier club de patinage fut crée en 1650 à Edinburgh tandis qu'en France Marie-Antoinette tout comme Napoléon III et son épouse Eugènie aimaient glisser sur les plans d'eau gelée à Versailles.

: Patinoire du Palais Omnisports, 12 bd. Fernand Bonnefoy, 13010
quand: vendredi 26 novembre à partir de 20h (jusqu'à 0h30)
Tarif: 9 € (location de patins inclus)

samedi 20 novembre 2010

BÉBÉ AU CHAUD

Rien de mieux pour s'emmitoufler quand souffle un méchant et glacial mistral que des vêtements tricotés mains.

mamies
Si vous êtes une reine d'aiguilles, passez votre chemin, sinon restez. Il y a à Marseille un groupe de Mamies qui adorent tricoter. Et quand les placards de leurs propres petits enfants commencent à déborder d'écharpes, moufles, chaussettes, bonnets et autres capes, elles font marcher leurs aiguilles pour les autres.



"Mes petites laines" regroupe ces joyeuses tricoteuses, les fournit - la démarche éco résponsable s'impose - de pelotes issues d'une filature dans le Vaucluse, entreprise familiale et respectueuse de l'environnement concernant les teintures et met en ligne une gamme de modèles pour les tout petits (entre 0 et 1 an) que vous pouvez adapter à vos gouts dans une gamme de prix à partir de 19 € (chaussons) selon vos choix. Une fois choisi sur leur site internet d'abord le vêtement et ensuite ses couleurs, motifs et finitions, les gentilles dames se chargent du reste. Deux à trois semaines plus tard, le facteur vous apportera brassière, gilet, pull ou pantalon pour le pitchou.

Pensez y aussi pour vos cadeaux. Vous pouvez offrir un vêtement personnalisé et en même temps soutenir cette initiative marseillaise qui permet à certaines personnes d'arrondir leurs fins de mois.

vendredi 19 novembre 2010

JOUJOU

La météo pour ce week-end se n'annonce pas bien... On nous prédit pluie et froid, un vrai temps de novembre. On renoncera donc aux balades dans les Calanques et autres activités de plein air, voire même le début de nos courses de Noël en attendant des jour plus doux.

Que faire donc ce week-end? Il y a évidemment le concert dont je vous ai déjà parlé, il y a sans doute des films à voir, un brunch dominical chez Biscuit & Biscuit, un concert à la papeterie technique et d'autres agréables passes-temps bien au chaud.

Mais le samedi pourrait aussi être une journée propice pour découvrir le Yakajwé. C'est un magasin de jeux de société et en même temps un café-jeu. Je ne vous explique pas ce que c'est un magasin de jeux, par contre voici quelques explications du "café-jeu": dans une atmosphère agréable et conviviale, l'équipe vous aidera à choisir un jeu, vous explique les règles et ensuite vous vous installez confortablement autour d'une table pour jouer et siroter un breuvage (comme disent si joliment les Canadiens) chaud ou froid (ce sera probablement plutôt chaud ce week-end!). Le choix est vaste et vous pouvez essayer des jeux de réflexion (Quixo, Batik, Pentago, Pixel...), d'ambiance (Sushi Bar, Le Donjon de Naheulbeuk, Hands'up....) mais aussi des jeux plus traditionnels comme le Backgammon, les échecs, le Billard hollandais ou le Carrom, un jeu de table très pratiqué en Asie et tout particulièrement en Inde. Il y a pour tous les âges et tous les goûts...

Alors rassemblez vos copains, emmenez vos enfants et allez faire un peu joujou (cela donnera sans doute aussi des idées pour les cadeaux de Noël...)

: Yakajwé, 6 rue des Trois Mages, 13006
quand: mardi et mercredi de 10h à 19h du jeudi au samedi de 11h à minuit (dommage que ce soit fermé le dimanche!!)
Tarif: 2 € par personne et par jeu

magasin de jeux et café-jeu à marseille

jeudi 18 novembre 2010

TRISTESSE ET BEAUTÉ

Je trouve que ces deux mots la caractérisent à merveille. Elle, c'est Charlotte Rampling. Née en Angleterre, cette fille d'un colonel de l'armée britannique et champion olympique, elle a jouée dans des films qui ont marqué les spectateurs: "Portier de Nuit" de Liliana Cavani, "Stardust Memories" de Woody Allen, "Max mon amour" de Nagisa Oshima ou, plus récemment, "Sous le sable" de François Ozon, "Swimming Pool" du même réalisateur ou le délicieux "Bal des actrices" de Maïwenn Le Besco.

Toujours élégante et distinguée, même quand son amant est un chimpanzé (Max), elle a cette beauté un peu distante et comme imprégnée d'une mélancolie au plus profond d'elle qui ne la quitte jamais vraiment.


L'artiste Myriam Bornand retrace dans son oeuvre les déchirures et les facettes multiples, le morcellement de cette actrice entre deux cultures. "I take off my skin" est une série de 15 portraits de Charlotte Rampling, associant collages, peinture, ponçage, tamponnage, écriture, photo...

La deuxième partie de l'exposition est un vidéo - ou plutôt une série de trois vidéos autour de l'actrice - , "Future is back" qui veut pousser encore plus loin les questionnements et thématiques autour de la "division".

: Galerie Porte Avion, 96 bd. de la Libération, 13004, 04.91.33.52.00
quand: du 19 novembre au 18 décembre, du mardi au samedi de 15h à 19h
vernissage, vendredi le 19 novembre à partir de 18h30

mercredi 17 novembre 2010

URGENCE

L'Etablissement Français du Sang (EFS) lance un cri d'alarme car il ne dispose que de 10 jours de réserve en globules rouges!

Suite aux mouvements sociaux et ses perturbations, la fréquentation des centres de collecte a baissé en novembre et cela quand la situation générale est déjà préoccupante. Lors d'actes chirurgicales, des maladies et des accidents, quelques 500.000 personnes reçoivent des produits sanguins chaque année et 8.800 doses sont nécessaires quotidiennement tandis que seul 4% des Français font don de leur sang.

Personne ne sait sil'on n'aura un jour pas besoin d'une transfusion et que notre propre survie ne dépendra d'un donateur anonyme quelque part en France. Aucune excuse alors de ne pas s'informersur les conditions (âge, état de santé...) et les lieux de collecte à Marseille en cliquant ici (même si le site n'est pas top!)

affiche don du sang

mardi 16 novembre 2010

LE ROI SALOMON

qui est aussi Souleyman pour les musulmans et Shelomo dans la tradition juive, est une des figures qui traversent les trois monothéismes.


Jean David racontera et chantera dans un concert exceptionnel (et confidentiel) l'histoire du déluge et de Noé, ou celle de Hacène et Abdérahman qui l'on pourrait aussi appeler Cain et Abel, ou encore celle du quatrième Roi Mage...

Jean David fait plus que chanter et raconter, il a également préparé avec son épouse Odile un buffet gourmand pour régaler après les oreilles et les yeux les papilles.

: 134 bd. Longchamp
quand: dimanche 21 novembre à 17h
tarif: 15 € pour le concert et le buffet
Réservations au 04.91.83.17.54

samedi 30 octobre 2010

LA MÉDITERRANÉE DANS L'ASSIETTE

Le Conservatoire International des Cuisines Méditerranéennes (CICM) propose trois soirées thématiques autour de produits emblématiques de cette région: le raisin, le blé et l'olive.


La première soirée dédiée au raisin, aura lieu aux Grands Tables de la Friche où Gérard Vives, cuisinier, écrivain et président du CICM, proposera comme menu un fromage blanc aux raisins en entrée, une caille au raisin comme plat principal et un dessert mi figue-mi raisin. Cet homme s'est fait un nom comme spécialiste des épices - il est d'ailleurs le fondateur du "comptoir des poivres" et vient de sortir un livre sur cette épice en même temps encyclopédie et recueil culinaire où vous pouvez trouver la réponse "à toutes les questions que vous vous posiez sur le poivre". Il tient également un blog où on trouve actualités et recettes....

Mais on ne mangera pas sans boire, surtout quand il s'agit du raisin! Le sommelier Benoît Biasiolo a donc choisi des vins de Robert Plageoles et du domaine de Gramenon qu'il commentera et va vous faire déguster.

: Grandes Tables de la Friche, 41 rue Jobin, 13003
quand: mercredi 3 novembre à 20h
Menu, vin et café compris: 35 €
Réservation conseillée: 04.95.04.95.85

vendredi 29 octobre 2010

SUR LA POINTE DES PIEDS

Un joli dicton rom dit "N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures" et c'est aussi le titre d'une soirée autour de la culture rom dans le cadre des Littorales.


La soirée commence avec la lecture d'un extrait du livre d'Ilona Lackova "Je suis née sous une bonne étoile. Ma vie de femme tsigane en Slovaquie". Née en 1921 d'une mère polonaise et d'un père tsigane, elle y raconte son enfance à Velky Saris, un village tsigane, ses périples à travers le pays en proposant de colorier des photos avant d'écrire pour le théâtre et passer un diplôme de journalisme à l'Université de Prague. Ce parcours extraordinaire lui a permis de côtoyer des gens influents et oeuvrer à une meilleure connaissance du monde tsigane, sa culture et ses traditions et à se faire connaître deux mondes qui s'ignorent trop souvent. Ecrit en langue tsigane, ce livre est le résultat de dix années de travail d'Ilona Lackova avec Milena Hübschmannova, célèbre linguiste et fondatrice du premier institut d'études rom à l'Université de Prague.

Un débat avec le sociologue et fondateur du Centre de recherches tsiganes, Jean-Pierre Liegeois, auteur de plusieurs oeuvres sur les Roms en Europe complétera les lectures du livre de Mme Lackova et permettra sans doute d'approfondir certains aspects.

Et pour finir la soirée en mode festif, le groupe Alertojazz puisera dans son répertoire manouche.

: La Boate, 35 rue de la Paix, 13001
quand: samedi, 30 octobre à partir de 18h30
Entrée libre dans la limite des places disponibles

mercredi 27 octobre 2010

C'EST LE PÉROU !

La 6e édition de "Tambor y canto" est consacrée au Pérou. Une série de concerts, ateliers et films nous fera découvrir la fusion entre jazz et les rythmes et chants péruviens avec leurs influences africaines, andines ou créoles. ce festival est organisé par l'association marseillaise "Assos Picante" qui a depuis 17 ans l'objectif de promouvoir et diffuser la musique latino-américaine en Europe.

Tout commence ce vendredi au Planet Mundo Kfé avec une "introduction en douceur au répertoire préféré des danseurs péruviens", qui aiment tout autant la salsa cubaine, que la valse ou la zamacueca. Victor Félix chantera et jouera guitare et zampona, accompagné de Simon Bolzinger au piano, Monchi Fumero au basse et cuatro et de Max Arachelian et ses congas.

Samedi place à une initiation à la danse afro péruvienne (on ne danse pas avec des baskets aux pieds!!) et à un atelier de percussions, les deux à l'Espace Canebière.

Mardi et mercredi il y a du cinéma sur le programme, "Voces des Callejon" ou "Voix de la ruelle" sur les Péruviens d'origine africaine à l'instar des quatre membres du groupe El Milenio, leur histoires personnelles et leur vie dans la capitale, Lima. Mercredi on revient sur l'édition de l'année 2007, consacrée à la Colombie, avec le film "Tambor y canto Colombia" et un concert sous la devise "Nos vamos de parranda", "Allons faire la fête"!

Un autre concert est prévu pur jeudi à la Cité de la Musique, où le pianiste marseillais Simon Bolzinger réunira trois spécialistes de la musique traditionnelle péruvienne - on nous promet "calor et swing"!

Un concert avec jam session clôt le festival vendredi. Après leur résidence d'une semaine à Marseille les artistes Victor Félix, Simon Bolzinger, Monchi Fumero et Rodolfo Munoz se lâcheront pour entrainer tout le monde dans leur "Discarga peruana"...

Une semaine où la musique venue du nouveau monde nous réchauffera après le traumatisme des poubelles et les températures devenues glaciales...

Pour trouver des infos supplémentaires et le programme au grand complet, cliquez ici.

:
Planet Mundo Kfé, 50 cours Julien, 13006
Espace Canebière, 6-8 rue Senac, 13001
quand: du vendredi 29 octobre au vendredi 5 novembre

photos: Jaime Rojas

lundi 25 octobre 2010

VINGT MILLE LIEUES SOUS LES MERS

Cela semble peut-être un chouillard trop profond, mais les images que les photographes et cinéastes sous marins proposeront lors du 2e festival mondial de l'image sous-marine sont sans doute assez spectaculaires.

On pourra y voir des films sur les fouilles archéologiques en Tunisie en 1908, notamment le travail des scaphandriers à cette époque, ou voir plonger Frédéric Buyle, ancien champion du monde en apnée, avec des requins blancs au Mexique mais aussi un documentaire sur la nouvelle tendance en Russie de l'accouchement dans l'eau ou la recherche des crocodiles du Nil dans le delta de l'Okavengo... 1000 participants, 58 pays représentés entre l'Afrique du Sud et le Vietnam, 169 films et plusieurs centaines de photos attendent les amateurs des fonds marins.

Un des temps forts sera la projection du ballet nocturne des raies Manta, filmé par René Heuzey aux Maledives. La voix cristalline de Yukimi Yamamoto et la guitare de Pedro Aledo, membres de l'association Whale Whisperers et musiciens de renom, accompagneront live sur scène les images.

: Palais du Pharo
quand: du 27 au 31 octobre
Pour connaitre le programme complet et les tarifs; cliquez ici


Photos: E. Acevedo, N. Kortler, B. Balnis, M. Braunstein, S. Portelli, C. Villoch

COOKING GIRLS

Cooking girl s'appelle le blog de la pétillante Georgiana, bien connue des fans de Masterchef à la télé et/ou des habitués de Biscuit & Biscuit où elle officie régulièrement au plus grand plaisir des convives.



L'autre "cooking girl", c'est Marine, que l'on retrouve sur "Belle lurette". Les deux filles vont mettre leurs tabliers, aiguiser leurs couteaux, attiser les flammes, retrousser leurs manches et se mettre aux piano pour nous faire un "mix en bouche" en collaboration avec le chef Yves Camdeborde et la Boîte à sardines.


Pour chauffer l'ambiance il y aura de la musique punk funk proposée par Munk, Why am I Mr Pink? et The Fkclub, du vin choisi par la cave des Buvards, des cocktails shakés par Fred et des bulles de chez Mumm.

Tout ce joyeux monde, mélomanes et gourmands sont accueillis à cette occasion par les Grandes Tables de la Friche.

: 41 rue Jobin (12 rue François Simon pour les voitures), 13003
quand: vendredi 29 octobre à partir de 19h

dimanche 24 octobre 2010

MUSICIENS EN HERBE

Qui sait, peut-être que dans votre pitchounette de 4 ans sommeil la future Cécilia Bartoli? Dans le petit loup un Miles Davis? Que votre fiston sera un jour pianiste classique et sa soeurette batteuse dans un groupe de heavy metal... C'est bien que l'avenir soit plein de surprises!

Et pour voir si son avenir sera dans la musique (finalement il/elle peut aussi devenir tout simplement auditeur de France Musique ou chanter sous la douche!), l'association "A petits sons" propose pour les vacances de la Toussaint un stage "Chut! On enregistre" pour enfants entre 4 et 7 ans. Chants et jeux vocaux permettront de découvrir sa propre voix tandis que la manipulation et la découverte d'instruments ouvrira les oreilles aux sonorités souvent nouvelles. Comble du stage, l'enregistrement d'un CD - qui fera certainement un merveilleux cadeau de Noël pour papy et mamy!


: Atelier Longchamp de A Petits Sons, 119 bd. Longchamp
quand: du lundi 25 au vendredi 29 octobre de 10h à 12h (accueil possible à partir de 9h)
Tarif: 80€ la semaine
Inscriptions en ligne ici ou sur place

samedi 23 octobre 2010

L'INERTIE D'UN CORPS DÉPEND-ELLE DE SON CONTENU EN ÉNERGIE ?

La réponse est bien connue (et pas souvent comprise): E=mc2

Une autre question: est-ce qu'un mélange de jus de pomme, de poire, de raisin et de gingembre peut aider à comprendre la célèbre formule? La réponse est non. Malgré son nom, "Einstein", le jus et délicieux mais ne rend pas plus, intelligent. Ou peut-être est-ce une question quantique, c'est à dire il faut boire un certain quantum pour voir les effets. Mais de toute façon l'intelligence en soi est relative....

Bref, "Einstein" ne vous transforme pas forcement tout de suite en génie, ni "Beauty Green" (Jus de blé, de pomme et de citron) en Laetitia Casta (Penelope Cruz, Maryline Monroe, Ava Gardener...) ou "Oriental Tonic" (ginseng, gingembre, citron, mangue, orange, pomme) en Oum Kalsoum, ne vous privez pas de faire le plein de fruits et légumes sous forme de jus!!

Zumobar a été créé en 2001 par un monsieur irlandais appelé Cathal Power (est-ce bien son vrai nom??). Aujourd'hui l'enseigne compte plus de 100 bar à jus dans 13 pays européens - et selon leur website, ce n'est qu'un début....

A Marseille vous trouvez depuis peu un kiosque au rez-de-chaussée du Centre Bourse (et un autre à la Valentine) et toutes les combinaisons que j'ai essayé étaient un vrai régal. Des sympathiques gens (avec un peu d'accent), souriants et aimables, coupent, pressent et servent et à côté des boissons vous pouvez aussi prendre un yaourt aux fruits, une salade de fruits, une salade tout court ou un wrap - tout évidemment élaboré à partir de produits frais et bio.


La corvée des courses se trouve donc égayée grâce à un petit stop chez les gentils Zumos - santé!!

jeudi 21 octobre 2010

LA FUROSHIKI RÉVOLUTION

Stop, basta, terminé les sacs en plastique! Nous voulons autre chose!

Il existe évidemment le petit sac pliable, le filet ou le panier pour ramener nos achats à la maison ou trimballer notre bouteille d'eau, notre bouquin ou notre tricot avec nous. Mais il y a encore autre chose, un petit merveille de simplicité et de raffinesse: le Furoshiki!

Le Furoshiki est un carré de tissu, le plus souvent en coton mais aussi en soie, qui nous vient directement du Japon. Utilisé à l'origine à emporter des affaires en allant aux bains publics, il a été remis au goût du jour grâce à une campagne du Ministère de l'environnement japonais: Reduce - reuse - recycle (réduire, réutiliser, recycler).

Grâce à différentes techniques de nouage on peut l'adapter à tout contenu. Le site marseillo-japonais (ou japo-marseillais) "Massilia Bleue" a mis en ligne des petits vidéos pour nous apprendre quelques bases. Sur ce site vous pouvez vous également fournir des magnifiques tissus japonais, l'un plus beau que l'autre.

Ce site où l'on trouve aussi thés, papeterie, tissus, T-Shirts... a d'ailleurs été conçu par un couple franco japonais (vous vous en doutez!), Reiko Fukui et Thibaud Desbief, dont le devise est "des idées japonaises, une créativité française, le mélange de deux cultures pour un nouveau style".

Alors, mettons nous à l'heure japonaise et promenons nous avec nos balluchons au lieu de vulgaires (et polluants!) sacs en plastique!!

3 bonnes raisons d'utiliser un Furoshiki au quotidien

mercredi 20 octobre 2010

BELLE PRISE

Cela ne fait pas longtemps que Le Chat vous a parlé d'un livre sur les jardins ouvriers, projet semé, arrosé et récolté par Olivier Emran, président de l'association Label Marseille et du photographe Jean-Luc Abraini (voir le 9 octobre).

Les voilà, ils récidivent! Cette fois-ci ils ont embarqué sur des barquettes pour faire parler les pêcheurs. Dix équipages de bateaux traditionnels en bois racontent leur métier, la pêche à Marseille, leur vie avec la mer....

L'Office de la Mer a eu la bonne idée d'inviter Olivier et Jean-Luc pour parler de leur projet, pourquoi ils ont voulu faire ce livre, comment ils ont rencontré leurs informateurs ou encore comment photographier la mer et les marins. Une conférence et une lecture d'un extrait du livre "Dans le jardin des pêcheurs" sont donc proposées pour savoir tout (ou presque) sur girelles, daurades et autres sardines.

: Office de la Mer, 6 rue Fort notre Dame, 13007, 04.91.90.94.90
quand: jeudi 21 octobre à 18h
Entrée libre et gratuite


compteur pour blog
 
Blog googlea42e27adbfa73eb9.html