dimanche 24 janvier 2010

UNE PETITE PENSÉE

pour deux figures du quartier du Panier qui viennent de disparaitre à quelques jours d'intervalle à quelques mètres de distance.


L'une c'était Mauricette. On l'a voyait, elle et son caniche, tous les jours autour de la place de Lenche, assise devant le monument de Henri Tasso, sur la marche d'un immeuble ou dans un café. La coupe de cheveux, sa voix rauque et son visage buriné m'ont au début confondu. Je lui ai dit "bonjour, Monsieur"... Plus tard j'avais appris qu'elle s'appelait Mauricette et on a échangé des salutations et quelques mots, comme c'est encore l'habitude dans ce quartier. Mauricette est partie dans un accident due à une bonbonne de gaz... sa caniche, compagnon fidèle, a survécu...

L'autre personnage était Pierrot. Amateur fou de livres, bouquiniste, qui empilait dans son local tous les écrits qui lui tombaient sous la main. Pierrot, représenté même sous forme d'un santon, était un de ces personnages à la marge hors d'âge, qui ont marqué le quartier et qui disparaissent peu à peu...


Un lieu de mémoire émouvant s'est crée spontanément au souvenir de Pierrot et de Mauricette devant l'entrée du local de Pierrot, Montée des Accoules. Que la mort leur soit douce...

.

3 commentaires:

nathalie a dit…

Je ne savais pas pour Pierrot... je lui avais acheté quelques livres. Il nous manquera.

Zaza a dit…

Ce que je peux en raconter c'est peu de choses. Pierrot je le vois depuis au moins 15 ou 20 ans. A l'époque il accompagnait des enfants qui ne n'étaient pas les siens: à la piscine, à la mer et à la bibliothèque. Des enfants généralement comoriens ou arabes.
Un voisinage toujours très proche de lui... jamais seul. Et toujours dans sa tanière!
Discussions avec Pierrot : "Ah tu as le livre de Thierry Jonquet *? Passe le moi je l'ai connu ce gars. Tu sais je faisais partie d'un groupuscule à Paris, les "luxembourgistes" ça te dit quelque chose? Un jour on me dit : ramène du monde pour la manif à la Mutu. Je fais le tour des centres de tri postal et on se pointe à la Mutu. Et on voit tous les gars avec le petit livre rouge qui se lèvent et qui commencent à crier! Là je te garantis, on s'est dit qu'il valait mieux pas trop bouger. Tu vois tous les July, Sollers et tout ça ce qu'ils sont devenus... hein?"
Autre conversation: "Tu vois comment parlent les gens aujourd'hui? 200 mots au maximum. Ma grand mère elle était institutrice, je te garantis qu'elle ne me passait rien!"
"Oh merci pour les bouquins. Dis donc il y en a de vachement passionnants (critique du droit par Michel Miailhe! Ed. Fr. Maspéro)
Autre bribe
- (moi) Tu sais les adolescents... Tu vois un peu... Oh là là ne m'en parle pas, je m'en occupe de quelques uns; c'est quelque chose je te jure! Et les parents ils sont complètement débordés! D'autres t'en diront plus."
Il était de la même région que moi : Villefranche de Lauragais; il avait joué au rugby en son temps et nous glosions sur nos origines communes. Et ce que j'adorai, mais ça il ne pouvait pas s'en douter, c'était son accent du Sud-Ouest. Tellement j'aimais sa manière de parler que je réussis à l'imiter un peu.

elisabeth a dit…

Bonjour,
J' ai rencontré Pierrot cet été et je l' ai interviewer dans le cadre d ' une émission sur Marseille. Je viens d' apprendre qu' il est mort parce que je voulais lui envoyer le CD de l' émission et des bons cadeaux pour acheter un livre. Alain le bar d' a côté va acheter un livre et le faire circuler en sa mémoire. Bref, ca me fait un choc... Un humaniste ce Pierrot.. l' émission sera diffusée sur Canal B à Rennes et ci-dessous le lien où vous pouvez l' écouter.
http://canalb.ferarock.com/canalb/Yvan/Voyage_Marseille_2_28_4_10.ogg

compteur pour blog
 
Blog googlea42e27adbfa73eb9.html